Starpress.info

Switch to desktop Register Login

Les secrets d’une bonne cuisinière - Enfant, Mansoora est tombée dans un degh

Rate this item
(3 votes)
Les fins cordons bleus ne courent pas les rues. Comment peut-on donc devenir un expert en art culinaire ? Des spécialistes culinaires mauriciennes nous livrent leurs secrets.
« Une bonne cuisinière est une fée qui dispense le bonheur », dixit Elsa Schiaparelli, une styliste française d’origine italienne. Tout le monde n’a pas l’avantage d’être Mansoora Issany, Zubeida Randera ou même Lalita Sookhee. Mais, selon ces dernières, l’art culinaire est un talent qui peut se développer graduellement. Mansoora Issany et Lalita Sookhee, deux auteurs culinaires, nous emmènent à la découverte de leurs secrets.

Qui ne connaît Mansoora Issany, la star locale de la gastronomie dont le nom est indissociable de la cuisine mauricienne ? Les inventions et les improvisations sont ses spécialités. Mansoora nous relate une petite anecdote pour mieux comprendre comment elle a atterri dans le domaine de la gastronomie en tombant dans un degh.

« Quand je suis venue au monde, comme le demandait la tradition, ma mère habitait chez ma nani (grand-mère maternelle). 40 jours après ma naissance, mes grands-parents allaient procéder au rituel du haqeeqa (sacrifice d’un animal). La cérémonie allait être grandiose et le festin devait être du jamais vu », relate-t-elle.

Mansoora a de qui tenir. Ses grands-parents, originaires de l’Inde, étaient eux-mêmes de bons cuisiniers. Ils prenaient des commandes et possédaient de grands récipients, dont les « dekti » et les « deghs ». Mansoora raconte que normalement après le lavage de ces récipients, ses grands-parents plaçaient des sacs de jute (gonis) à l’intérieur des marmites pour accélérer le processus de séchage.
« Je me trouvais dans un lit juste à côté des ustensiles mis à sécher. Tout le monde était occupé avec les préparatifs de la cérémonie de « haqeeqa ». Soudain, je suis tombée dans un des deghs et je me suis endormie. À un moment donné, mes parents ne me trouvant pas dans le lit, ont été pris de panique. Ils croyaient à un kidnapping. Mais après une longue recherche, ils m’ont retrouvée dans le degh. À cet instant précis, ma tante avait affirmé que je serais une bonne cuisinière quand je grandirais », raconte Mansoora.

La populaire Mansoora affirme avec un brin de fierté que son talent de cordon-bleu vient de ses grands-parents. Son père était aussi dans la restauration. Elle a également vécu parmi des cuisiniers indiens qui travaillaient avec ses grands-parents. C’est sa mère qui lui a donné ses premières leçons de cuisine. « Avec tous ces bons cuisiniers autour de moi, il est évident et tout naturel que je sois influencée. De plus, je suis de nature curieuse et je voulais apprendre à cuisiner », dit-elle.

Les nombreuses rencontres qu’elle a eues avec différents experts de la gastronomie lui ont également permis d’affiner son talent. « J’ai rencontré plusieurs grands chefs de différentes cultures. Nous avons partagé nos connaissances et les différentes techniques des cultures gastronomiques. Donc, pour être une bonne cuisinière, il faut profiter des rencontres avec les autres pour parfaire ses connaissances et accroître ses compétences », nous dit Mansoora.

Notre interlocutrice fait néanmoins ressortir qu’elle ne peut partager tous ses secrets. Elle en conserve pour elle, au moins un quart. De toutes les façons, nous dit-elle, pour qu’une bonne cuisinière se fasse connaître, elle doit sortir du lot et faire preuve d’improvisation et d’originalité. « Généralement, il faut avoir de l’imagination pour être créatif et inventif. Par exemple, récemment, j’ai inventé une recette. J’avais un fruit à pain et je l’ai complètement oublié. Il a mûri et je réfléchissais à une recette que je pourrais utiliser pour le fruit à pain mûr. Finalement, j’en ai inventé quatre dont l’une est une crêpe au fruit à pain », dit-elle. Mansoora nous indique qu’il ne faut jamais hésiter à tenter de nouvelles recettes.

D’ailleurs, toutes les recettes de Mansoora sont des recettes de son inventions. Pourtant, elle ne possède aucune qualification en gastronomie. Mais, grâce à son talent et ses inventions, elle est aujourd’hui l’une des meilleures cuisinières à Maurice. Notre interlocutrice indique que la présentation de nouvelles recettes à la télé chaque semaine, l’oblige à être encore plus professionnelle.

Leave a comment

Star Press - Design © Media Pioneer Ltd. All rights reserved.

Top Desktop version